Flotte Auto

Coût d’entretien de sa flotte automobile : comment les contrôler ?

L’entretien représente un poste de dépense important lors de l’utilisation d’une flotte automobile. Les entreprises ont alors intérêt à réduire cette charge en adoptant certaines mesures. De cette manière, elles feront des économies substantielles sur l’exploitation. Voici quelques pistes à exploiter pour réduire les coûts d’entretien du parc automobile.

Le parc automobile en entreprise

La flotte automobile rassemble toutes les voitures utilisées au sein d’une entreprise. Elle regroupe ainsi les voitures de fonction, les véhicules utilitaires, les voitures de services utilisées par les salariés pour leurs déplacements professionnels, les deux-roues, les camions, les remorques, etc. Disposer d’un parc auto est source d’une grande dépense. Parmi les charges qui en découlent figurent le coût de détention qui équivaut à 40% du coût de la flotte, le coût du carburant entre 16 et 30% et les charges sociales de 9%. La liste s’allonge avec le coût de l’assurance de 9%, les taxes des véhicules de 5,5%, les impôts de 4% et les pneumatiques de 2%. Le TCO inclut aussi les ressources humaines de 2%, les péages, le stationnement et le parking de 1,5% et les frais de réparation de 1,5%. Une autre charge importante concerne le coût de la maintenance et de l’entretien qui représente une dépense de 7%. Comme le maintien en état du parc constitue un budget plus ou moins conséquent, il est fondamental de trouver les meilleures solutions pour faire baisser ce poste.

Choisir le bon type d’entretien

L’entreprise devra choisir entre un entretien interne ou externe pour tous les véhicules. Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients. Dans le cadre d’une gestion de l’entretien en interne, l’entreprise maîtrise mieux les coûts de la maintenance et peut contrôler la planification des véhicules. La mise en œuvre des processus de gestion des défauts est plus réactive. De plus, les délais de rotation des véhicules se raccourcissent. L’entreprise peut aussi gérer en interne l’inventaire des pièces et bénéficie d’une connaissance plus accrue des véhicules. Elle peut faire appel à une chaîne spécialisée pour l’entretien ou choisir un contrat avec le constructeur automobile qui a fourni la flotte. Par contre, la gestion en interne implique de disposer d’une main-d’œuvre qualifiée, de payer les coûts de formation continue et les coûts de fonctionnement de l’atelier. Soit un investissement humain et financier colossal.

Lorsqu’elle mise sur l’externalisation, l’entreprise dispose des prestations de techniciens qualifiés et formés pour la tâche. Les travaux sont réalisés avec des garanties et les coûts d’entretien sont déjà connus à l’avance pour éviter les mauvaises surprises. Elle peut également se concentrer sur son cœur d’activité grâce à cette gestion en externe.

Si le gestionnaire a du mal à choisir entre les deux solutions, il peut également s’orienter vers l’entretien mixte. Les travaux basiques comme la pression des pneus, les vidanges ou les niveaux sont confiés aux mécaniciens en interne et les réparations plus importantes sont déléguées à des réparateurs externes.

Impliquer les utilisateurs dans la préservation de la flotte

Dans le cadre de la gestion d’un parc automobile, il existe un élément fondamental à ne surtout pas négliger : la sensibilisation des utilisateurs. Lorsqu’ils font attention à leurs véhicules, ils contribuent à les maintenir en état, ce qui réduit l’ampleur des éventuelles réparations à réaliser. L’entreprise doit inciter les collaborateurs à adopter une attitude bienveillante à l’égard du véhicule. Cela ne nécessite pas forcément de gros efforts. Il suffit par exemple d’opter pour une conduite souple exempte de freinage brusque qui use les plaquettes trop rapidement. Le conducteur devra aussi prendre soin de chauffer le moteur avant de prendre la route. Les conduites en sous-régime ou surrégime sont aussi déconseillées. Pour ralentir l’usure des amortisseurs, il faut apprendre à ralentir au niveau des dos-d’âne. Les niveaux, la pression des pneumatiques et l’éclairage doivent aussi faire l’objet d’un contrôle fréquent. Et dans le cadre du transport, les marchandises doivent correctement être amarrées.

L’entreprise peut organiser des formations à l’éco-conduite ou des stages de perfectionnement pour aider les collaborateurs à être plus impliqués dans la préservation de la flotte.

Avoir une flotte de véhicules plus réduite

Réduire le nombre de véhicules composant la flotte constitue un moyen comme un autre de faire baisser ses charges. Il est important d’adapter son parc automobile aux réels besoins de l’entreprise. Le dirigeant doit se poser les bonnes questions : l’entreprise doit-elle réellement disposer d’autant de véhicules ? Le collaborateur doit-il avoir un véhicule pour mener à bien ses missions ? Si la réponse est oui, quelles motorisations, cylindrées et options choisir ? Dans les entreprises, on a tendance à surévaluer les besoins. Conséquence : elles optent pour trop de voitures qui sont trop puissantes et trop grandes. Il faudrait modifier cette stratégie pour réaliser des économies sur la flotte.

Opter pour la Location Longue Durée

Pour se faciliter la vie et mieux gérer les dépenses dues à l’entretien de son parc, une entreprise peut également choisir d’acquérir ses véhicules par le biais d’une Location Longue Durée. La plupart des loueurs proposent un éventail de services accompagnant la location parmi lesquels figure l’entretien : contrôle technique, contrôle périodique suivant les préconisations du constructeur, remplacement des pièces défectueuses, fourniture des consommables, réparations découlant d’un usage normal, etc. À part la maintenance, il peut également prendre en charge l’assurance auto ainsi que la garantie de perte financière. Il est possible en même temps d’accéder à des véhicules relais qui évitent l’arrêt de l’activité en cas de réparations ou de pannes du véhicule. À cela s’ajoutent les prestations d’assistance incluant le dépannage, le remorquage et le transport. L’entreprise peut même demander à ce que le loueur s’occupe de la gestion du carburant ainsi que des péages. L’avantage de ces prestations est que les frais sont directement compris dans les loyers mensuels. Ainsi, il est plus facile de maîtriser le budget à allouer au parc automobile.

Gare aux déplacements inutiles

Plus un véhicule roule, plus il est susceptible de tomber en panne à cause de l’usure. Il est très important de fixer des limites sur l’utilisation du véhicule pour éviter les dérives. En fixant un plafond kilométrique, la voiture perd moins de valeur, ce qui permet de tirer des plus-values à la revente ou de réduire le coût des loyers en cas de leasing ou de location longue durée. Les déplacements inutiles trop importants engendrent aussi une hausse de la fréquence des réparations. D’où l’importance de ne pas négliger cet aspect.